• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Fournitures de bureau : allier sociétal et environnemental

Mis à jour le jeudi 30 mars 2017

fourniture scolaire

Produits d’écriture, papeterie, articles de classement, emballages…, le dernier marché de fournitures de bureau de l’UGAP – renouvelé en avril 2017 pour une durée de trois ans – intègre largement les impératifs de développement durable, aussi bien d’un point de vue environnemental que sociétal. Focus.

Engagée en faveur du développement durable, l’UGAP vient de renouveler son marché de fournitures de bureau qui fait justement la part belle à un tel enjeu stratégique. Et ce, tant sur le plan environnemental que sociétal. Produits d’écriture, papeterie, classement, emballage, fournitures de réception…, « parmi les différents articles proposés, 27% sont éco-responsables. Pour les produits papetiers, 55% sont certifiés ou labellisés. Un chiffre qui grimpe à 88% pour les produits millésimés : agendas, calendriers… », détaille Stéphane Colon, chef du département périphériques informatiques et consommables à l’UGAP.

L’établissement public a valorisé les aspects durables de l’offre – lors de la mise en concurrence – avec un critère de performance en matière de développement durable pondéré à 15 %. De quoi accompagner l’Etat et les collectivités territoriales dans le cadre de la loi de transition énergétique qui prévoit une obligation d’achat de produits papetiers recyclésa minima, de 25 % à partir du 1er janvier 2017 et de 40 % à partir du 1er janvier 2020. Les autres produits devant être issus de forêts gérées durablement.

Clause d’insertion sociale

Grande nouveauté d’un tel marché conclu pour une période de trois ans : l’intégration d’une clause d’insertion sociale, attestant ainsi d’une approche à 360 ° privilégiée en matière de développement durable portant aussi bien sur les produits que l’exécution. « En effet, via cette clause, a minima 5 % du nombre total d’heures travaillées au titre du marché doivent être réalisées par des publics éloignés de l’emploi : allocataires du RSA, chômeurs longue durée, seniors, personnes en situation de handicap… », précise Stéphane Colon.

Rappelons que la mise en œuvre de la clause d’insertion professionnelle peut s’effectuer de trois manières par le titulaire : l’embauche directe des personnes en difficulté d'insertion, la sous-traitance avec une entreprise d’insertion ou à un Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification (GEIQ) et enfin la mutualisation des heures de travail en insertion par le recours au travail temporaire via les entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI) ou entreprises de travail temporaire classiques (ETT) et associations intermédiaires (AI).

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad
et au système de Médiation du e-commerce.