• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Mobilité durable : Nîmes Métropole passe au tram’bus hybride

Mis à jour le lundi 29 janvier 2018

Nîmes Métropole

Pour le lancement de la future ligne 2 de son tram’bus, Nîmes Métropole joue la carte « verte ». Et ce, en faisant l’acquisition - via Vanhool, titulaire de l’UGAP – de seize autobus à motorisation hybride, roulant exclusivement au gaz et à l’électricité. Reportage.

A Nîmes Métropole, la mobilité durable n’est pas qu’une belle parole. Preuve en est avec l’acquisition fin 2017 par l’agglomération – auprès de Vanhool, titulaire de l’UGAP - de seize autobus à motorisation hybride pour la future ligne 2 de son tram’bus. Roulant exclusivement au gaz et à l’électricité, ce modèle de BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) de 24 mètres pourra transporter jusqu’à 150 personnes.

Alors que l’électricité n’est, pour l’heure, toujours pas éprouvée sur des véhicules de 24 mètres, la solution hybride retenue « engendre moins de surcoûts et génère peu d’émissions polluantes », explique François Martin, conseiller du président de la métropole. « Et cela était préférable à la mise en service de plusieurs véhicules de 18 mètres, alternative pas pertinente au regard du coût généré et des difficultés inhérentes à l’exploitation. »

Un million d’euros par tramway

Pour Yvan Lachaud, président de Nîmes Métropole, « la transition vers un tram’bus hybride constitue d’évidence une décision historique ». De quoi souligner la volonté de la collectivité « de s’inscrire parmi les réseaux de transport les plus modernes en adaptant au mieux notre politique de transport aux normes environnementales », poursuit le président de Nîmes Métropole, qui a donc fait le choix de l’UGAP pour l’achat d’un tel matériel roulant innovant.

Une décision qui s’est avérée largement pertinente. « En effet, en nous appuyant sur l’expertise de la centrale d’achat public, nous avons pu rationaliser nos moyens techniques et administratifs, en vue de bénéficier, in fine, du meilleur prix : moins d’un million d’euros par véhicule ! », précise François Martin. Opérationnelle dès 2019, la future ligne traversera la ville d’est en ouest dès 2002, du CHU Carémeau à la salle de spectacle Paloma (12 km). Pas moins de 28 000 personnes se déplaceront chaque jour via ce mode de transport écologique.

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.