• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Salon des Maires 2017 : les élus se prononcent sur la Smart City

Mis à jour le vendredi 01 décembre 2017

En direct du Salon des Maires 2017, les élus en visite sur le stand de l’UGAP ont pu découvrir les dernières offres de la centrale d’achat en matière de mobilier urbain connecté, de silver économie ou encore de cybersécurité. De quoi les inciter à commenter ce phénomène très porteur qu’est la Smart City. Reportage.

Du mobilier urbain connecté aux offres de télémédecine ou encore de cybersécurité : si l’UGAP a profité du Salon des Maires 2017 pour présenter ses dernières solutions innovantes dédiées à la Smart City, celles-ci n’ont pas moins interpellé les élus en visite sur le stand de la centrale d’achat.

Voir la vidéo...A l’instar de Jean-Luc Rigaut, nouveau président de l’ADCF et maire de la ville d’Annecy, engagée dans une telle démarche de ville intelligente, avec par exemple, l’achat d’abribus connectés dotés d’écrans tactiles interactifs, solution d’ailleurs disponible au catalogue UGAP. « Au-delà de ces abribus offrant aux usagers - via une connexion haut débit - de l’information municipale à jour, nous planchons sur un panel de chantiers en matière de Smart City : gestion intelligente de la circulation, « stratégie lumière » du Grand Annecy visant à recourir à des luminaires innovants, etc. Autant de démarches complexes qui supposent une définition précise des besoins avant d’envisager le process achat ad hoc, comme passer par l’UGAP ».

Eclairage public innovant

Alors que la centrale d’achat propose justement une offre de lampes liquides à LED réglables à distance et dotées de détecteurs de présence, Jean-Pierre Bertrand, maire de Plan de Cuques (13) a rappelé la pertinence de telles solutions d’éclairage public innovant : « Notre municipalité est l’une des premières villes françaises de plus de 10 000 habitants à avoir équipé environ 90 % de son parc en LED. Aujourd’hui, nous voudrions y ajouter des capteurs de présence pour optimiser notre consommation alors que nous éteignons déjà des luminaires entre 1h et 4h du matin ».

Une ouverture à la Smart City que partage Stéphane Pintre, DGS d’Antibes et président du SNDGCT, partenaire de l’UGAP avec lequel des réflexions ont été engagées sur la mobilité et la cybersécurité. Ou encore Hervé Alloy, directeur de cabinet de Libourne (33) et Alexandre Mora, directeur de cabinet de Reims, tous deux venus signer – respectivement pour l’association Dircab et l’association Dextera -, une convention avec l’UGAP. « Nous sommes potentiellement intéressés par toutes les solutions que peut notamment proposer l’UGAP en terme de mobilité, d’éclairage public, ... Pour l’instant, la ville de Reims travaille sur une démarche d’open data pour notamment collecter diverses données de consommation, etc. », indique Alexandre Mora.

Solidarité territoriale

Au-delà de l’engouement suscité par la Smart City, certaines personnalités ont rappelé la nécessité qu’une telle révolution digitale inclue également les zones rurales, à l’instar de Nadia Pellefigue, vice-présidente de la région Occitanie ou encore Michel Hiriart, maire de Biriatou (64) et président du FNCDG, venu renouveler sa convention de partenariat avec l’UGAP pour l’année 2018.

Signe que l’accès aux nouvelles technologies –loin de rimer avec fracture territoriale – doivent au contraire servir la solidarité entre zones urbaines et péri-urbaines. Un défi précisément au cœur de l’action de l’UGAP, via son rôle de « mutualisateur » fort de vingt-six délégations implantées dans les territoires.

Découvrez en images les temps forts de l’édition 2017

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad
et au système de Médiation du e-commerce.