• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Une professionnalisation des achats exemplaire au Ministère des Armées

témoignages Mis à jour le vendredi 23 mars 2018

Définition de stratégies achats par segment, priorité à l’achat innovant, collaboration avec les PME locales : au Ministère des Armées, on ne lésine pas sur les moyens pour professionnaliser la fonction achats. Explications de Jean Bouverot, responsable ministériel achats au sein Ministère qui a fait du recours à l’UGAP un des points forts d’une telle démarche.

Un volume de dépenses de 4 milliards d’euros (hors armement), un effectif achat de 2200 personnes… Premier acheteur de l’Etat – captant 33 % de ses dépenses de fonctionnement – le Ministère des Armées emploie les grands moyens pour professionnaliser sa fonction achats d’envergure. « Une démarche remontant à plusieurs années déjà, dans la foulée, entre autres, de la création de nos quelques 60 bases de défenses interarmées implantées partout en France, rappelle Jean Bouverot, responsable ministériel achats (RMA) au Ministère des Armées, une réorganisation qui nous a incité à mieux structurer et rationaliser notre fonction achats, et in fine, nos besoins ».

Avec par exemple, l’identification – via l’appui de la Direction des Achats de l’Etat -, d’environ 350 segments d’achats, alignés sur ceux des autres ministères. « Pour chacun de ces segments, nous avons déployé des stratégies d’achats spécifiques et investi dans la formation de nos équipes afin de les faire monter en compétence », poursuit le RMA du ministère qui s’appuie également sur l’expertise de l’UGAP pour optimiser une phase clé du processus achat, la contractualisation.

152 millions d’euros de gains achats en 2016

« Gage de sécurité juridique, la centrale d’achat nous offre surtout un gain de temps non négligeable en nous dispensant du lancement de toute procédure d’appel d’offres », précise Jean Bouverot, qui a conclu avec l’UGAP environ une quinzaine de conventions de partenariat (sur le mobilier, l’informatique, etc.).

Autant d’initiatives qui ont permis au Ministère des Armées de réaliser 154 millions d’euros de gains achats en 2016. Une démarche de professionnalisation que le ministère pousse aujourd’hui plus loin encore, en faisant de l’achat public innovant une de ses priorités phare (voir la vidéo ci-dessus). « Outre le lancement d’une plateforme unique et dématérialisée de gestion de nos achats (le SI ALPHA couvrant tout le processus achat et comptant 7000 utilisateurs), nous avons constitué un réseau de référents d’achat d’innovation implantés dans tout le pays afin d’améliorer nos pratiques d’achat en la matière ».

Sourcing de PME

A l’instar du sourcing, largement optimisé, au travers la rencontre de milliers d’entreprises localement. « Via notamment la participation à de nombreux networking organisés notamment par l’UGAP, avec laquelle nous partageons le même engagement en faveur de l’innovation ». Preuve qu’une telle stratégie s’avère payante : le Ministère des Armées a collaboré en 2016 avec près de 24 000 PME, qui captent, à elles seules, 31,4 % des commandes de l’acteur public.

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad
et au système de Médiation du e-commerce.