• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Chorus Pro : le ministre Christian Eckert salue les avancées de la dématérialisation à l’UGAP

Mis à jour le mercredi 15 mai 2019

Alors que l'échéance en matière de facturation électronique est fixée dès le 1er janvier 2017, Christian Eckert, secrétaire d'Etat chargé du Budget et des Comptes publics s'est rendu à l’UGAP, établissement public pionnier en matière de dématérialisation, pour faire un point-étape sur la phase pilote de Chorus Pro.


Voir la vidéo...

« C’est sans crainte que nous abordons l’échéance du 1er janvier 2017 imposant la facturation électronique aux personnes publiques et aux grandes entreprises qui traitent avec elles ».

Tels ont été les mots prononcés par Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget et des Comptes publics, en visite le 20 décembre dernier dans les locaux de l’UGAP à quelques jours de la généralisation du portail de facturation électronique Chorus Pro.

Cette visite était l’occasion de faire un point-étape trois mois après le lancement de la phase pilote de l’outil. L’UGAP fait partie des 18 entités à avoir testé la solution, ce qui a permis d’en optimiser le fonctionnement.

Un million d’euros d’économies

« Depuis septembre 2016, 250 000 factures dématérialisées ont été traitées dans Chorus Pro. Alors que le coût de traitement d’une facture papier se situe entre 8 et 9,5 € euros contre 5 € pour une facture électronique, c’est une économie de près d’un million d’euros qui a été réalisée en trois mois !», lance Christian Eckert.

C’est dire l’enjeu de la dématérialisation des factures « conçue dès l'origine dans l'objectif de simplifier les relations entre les fournisseurs et l'administration - d'où le choix d'un portail unique, point d'entrée vers l'ensemble du secteur public », rappelle le secrétaire d’Etat tout en saluant « l’implication de l’UGAP dans ce travail d’expérimentation qui démontre que Chorus Pro est désormais parfaitement opérationnel ».

Le rôle singulier de l’UGAP

Tout en remerciant l’établissement public pour « cette visite instructive avec la démonstration en direct des différentes étapes du process de dématérialisation de la chaîne des factures », il a souligné la place « singulière de la centrale au sein d’un tel processus, puisqu’elle reçoit les factures de ses fournisseurs et en émet à destination de ses clients publics ».

Soumise, elle aussi, à l’obligation de dématérialisation des factures dès le 1er janvier 2017, « l’UGAP travaille depuis un an et demi en lien étroit avec l’AIFE, Agence pour l’informatique financière de l’Etat, pour préparer cette échéance », rappelle Pascale Pradels, directrice financière et comptable de la centrale. Pionnière en matière de dématérialisation dans la sphère publique, elle a reçu plus d’un million de factures en provenance de ses fournisseurs en 2016, dont 80% en flux dématérialisé, et envoyé le même volume de factures aux clients publics dont 15 % au format électronique. Autant de flux financiers qui représentent plus de 2 milliards d’euros en paiement comme en encaissements.



Crédit photos : Studio 27

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.