• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Colloque UGAP à Dunkerque : la performance de l’achat en débat

Mis à jour le jeudi 10 novembre 2016

Et si le développement économique des territoires passait par une commande publique plus performante ? Une problématique complexe débattue lors d'un colloque UGAP organisé à Dunkerque le 26 avril dernier. Décryptage.

« La performance de l'achat n'est pas synonyme de moindre coût, bien au contraire elle rime avec développement économique des territoires ». Cette position défendue par Jean-Christophe Caroulle, directeur-adjoint en charge de la commande publique à la communauté urbaine de Dunkerque lors d'un colloque UGAP organisé dans cette cité des Hauts de France, le 26 avril dernier, a rappelé aux acheteurs publics présents un enjeu de taille : la nécessité de révolutionner leurs pratiques !

De quoi faire réagir Jean Decool, maire de Ghyvelde, commune d'environ 4 000 habitants intégrée à la communauté urbaine de Dunkerque : « la baisse des dotations de l'Etat nous amène à faire des arbitrages toujours plus complexes. Dans ces conditions, la performance achat est effectivement une idée pertinente mais pas forcément aisée à mettre en œuvre pour une collectivité modeste comme la nôtre ». Alors comment permettre aux petites communes de relever un tel challenge ? « Deux leviers sont possibles, estime Yves-René Guillou, associé du cabinet Earth Avocat, Soit aller vers une plus grande professionnalisation des achats encouragée par le nouveau code de la commande publique qui consacre l'étape de sourcing, la négociation ou encore l'approche en coût complet. Soit en s'appuyant sur des structures de mutualisation des achats, un mouvement croissant qui s'avère inévitable ».

Une commande publique française éclatée

Un avis partagé par Sébastien Taupiac, directeur délégué aux offres complexes à l'UGAP : « la réforme actuelle de la commande publique révolutionne effectivement l'acte d'achat en l'inscrivant dans une approche autant économique que juridique et budgétaire. Mais encore faut-il que les acheteurs changent eux aussi leurs mentalités… D'où l'alternative clé des centrales d'achat pour les acteurs publics acceptant de 'faire faire' quand ils n'ont pas l'expertise suffisante en interne ».

D’autant que la France aurait tout à gagner à favoriser les pratiques de mutualisation à en croire Sébastien Taupiac : « le développement de centrales à l’échelle régionale, aux expertises complémentaires, permettrait effectivement d’en finir avec une commande publique française historiquement très éclatée alors que l’Hexagone, fort de 130 000 acheteurs publics – sur les 250 000 que compte l’Europe -, capte pas moins d’un appel d’offre sur deux à l’échelle du vieux continent ».

Favoriser l’accès des PME

Le recours aux centrales d'achats devrait-il alors s’imposer à terme comme un passage obligé ? « Loin de là !, nuance Sébastien Taupiac, le choix de l'UGAP ne doit en aucun cas être imposé. Au contraire, c’est à notre charge de démontrer la valeur ajoutée que peut apporter notre centrale dont l’action s’articule autour d’un engagement : l’achat public responsable ». Forte d’une politique d’achat ouverte aux PME, l’UGAP emploie, en effet, les grands moyens pour faciliter l’accès des petites entreprises à la commande publique. « Notre responsabilité est forte vis-à-vis des amonts industriels, c’est pourquoi nos acheteurs favorisent largement l’allotissement des marchés tout en veillant à introduire des clauses d’exécutions adaptées aux contraintes des PME, sans oublier un délai de paiement à trois jours, via l’affacturage collaboratif », détaille Sébastien Taupiac.

Autant de bonnes pratiques soulignées par Fréderic Lalung, responsable pôle vente de la Dila, Direction de l’information légale et administrative : « définir une politique d’achats responsables est essentielle pour ne pas détruire le tissu économique local. Pour un territoire comme le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, cet enjeu est essentiel. De quoi booster in fine des achats respectueux du développement durable qui ne représentent aujourd’hui qu’environ 5 % de la commande publique française ».

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.