• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Deux espaces multi-sensoriels «Snoezelen» pour les résidents de l’Ehpad Debrou

Mis à jour le mercredi 24 octobre 2018

Espace multi-sensoriel

Au sein de la résidence Debrou à Joué-Lès-Tours (37), les patients peuvent laisser libre court à leur imagination et créativité au sein de deux espaces multi-sensoriels « Snoezelen » aménagés début 2018 par la société Pétrarque, titulaire de l’UGAP. Une thérapie non médicamenteuse qui apaise autant qu’elle stimule les personnes âgées.

Admirer un ciel étoilé confortablement assis sur un fauteuil massant ou allongé sur une banquette, dans une atmosphère paisible mêlant colonnes à bulles colorées et diffuseur d’aromathérapie. Au sein de l’Ehpad Debrou, les résidents peuvent laisser libre court à leur imagination et créativité dans deux espaces multi-sensoriels « Snoezelen » aménagés début 2018 par la société Pétrarque, titulaire de l’UGAP.

Projecteur à bain d’huile, rideau en fibre optique, aquarium en décor…autant d’équipements novateurs pour cet établissement dont la philosophie est de faire la part belle à de «telles thérapies non médicamenteuses via des activités multi-sensorielles qui apaisent les résidents autant qu’elles stimulent leurs capacités cognitives et émotionnelles», explique Abdelkabire Essalhi, directeur de l’établissement, qui a opté pour un pack « toucher » mêlant balles à pico, peluches et coussins vibrants, ainsi qu’un pack « musical » comprenant des CD de musiques douces.

Réduire les troubles du comportement

« Nos deux espaces de 17 m2 ont été équipés de manière personnalisée, suite à une proposition sur plan du prestataire qui a ensuite procédé à des mesures sur place », poursuit le directeur, De quoi plancher sur un aménagement adapté aux besoins de l’établissement. « Grâce à l’expertise et la réactivité des équipes de Pétrarque, chaque espace a été entièrement agencé en seulement une seule journée ! ».

Pour le plus grand bénéfice des résidents qui profitent ainsi chaque semaine d’une séance individuelle d’une vingtaine de minutes dans un des deux espaces, accompagné par un soignant. En effet, ces ateliers sont pilotés par trois assistants de soins en gérontologie, qui coordonnent toute une équipe paramédicale. Celle-ci est constituée notamment d’animatrices et d’ergothérapeutes qui s’activent au quotidien pour développer de telles thérapies dites « relationnelles ». « Guidé par celui-ci, le résident choisit ainsi à sa guise les activités sensorielles qui l’intéresse », poursuit le directeur, en rappelant que « les résidents en unité protégée - souffrant notamment de la maladie d’Alzheimer et de troubles du comportement - sont les premiers visés par une telle thérapie ».

Abdelkabire Essalhi

Communication non-verbale

Et les résultats s’avèrent largement positifs : « ces activités multi-sensorielles captent l’attention des malades et les aident à mieux interagir avec leur environnement en favorisant la communication notamment non-verbale, avec les proches et les aidants. Sur le moyen-terme, cela contribue à développer le lien social et à les rassurer face aux situations angoissantes qu’engendre la maladie. De quoi réduire notamment leur agressivité et la fréquence des crises », développe le directeur, avant d’ajouter : « le travail des assistants de soins en gérontologie y est alors fondamental car ils savent analyser les situations, réagir et accompagner nos aînés les plus fragiles ».

C’est dire les gains pour les patients mais aussi pour les soignants ! « Les uns comme les autres échangent désormais différemment, bien au-delà de la nécessaire prise en charge technique du quotidien : toilette, pansements, … Le résident développe un autre lien avec le soignant dans un cadre relationnel personnalisé. De quoi aussi donner plus de sens au travail de nos équipes. C’est un véritable enrichissement pour tous ! », s’enthousiasme le directeur.

Espace multi-sensoriel

Dessertes Snoezelen

Preuve du succès d’une telle démarche : la résidence Debrou souhaite développer cette expérience avec tous les assistants de soins en gérontologie et faire bénéficier l’ensemble des 240 résidents à cette nouvelle approche, en faisant l’acquisition de quatre dessertes Snoezelen. « Tels des espaces multi-sensoriels « mobiles », elles permettront aux résidents les moins valides, de bénéficier directement dans leur logement de ces activités ».

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.