• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

GHT Nord Ardennes : un accompagnement signé Eurogroup pour le CH de Charleville

Mis à jour le mercredi 10 janvier 2018

photo hopital chg 2

En misant sur les services du cabinet de conseil Eurogroup, titulaire de l’UGAP, le Centre Hospitalier de Charleville a profité d’un accompagnement sur mesure à la finalisation du projet médical partagé dans le cadre de la création du GHT Nord Ardennes. Auquel s’ajoute la mise en place d’un plan de performance dédié. Explications de Jean-Pierre Mazur, directeur général du CH de Charleville.

Alors que la réforme des Groupements hospitaliers de Territoire bat son plein, avec 135 GHT déployés en France depuis le 1er juillet 2016, Jean-Pierre Mazur, directeur général du CH de Charleville, fait valoir sans détour l’accompagnement délivré par Eurogroup – via l’UGAP – dans la mise en œuvre du nouveau GHT Nord Ardennes.

« Sans l’appui de ce cabinet de conseil, il aurait été difficile d’assumer seuls la mise en œuvre du projet médical partagé dans le cadre de la création de notre GHT. Un projet à la fois complexe et novateur puisqu’il associe plusieurs établissements du territoire devant collaborer pour la première fois de manière très renforcée », explique le directeur général du CH de Charleville, établissement support du GHT Nord Ardennes.

Travail par filière

Pas moins de cinq établissements intègrent ainsi la nouvelle structure, chacun ayant des profils très spécifiques. « Des hôpitaux MCO – Médecine, Chirurgie, Obstétrique –, à l’instar des CH de Sedan et de Charleville, aux établissements de proximité à l’offre de soins plus restrictive comme les hôpitaux Fumay et Nouzonville. Sans oublier le CH de Bélair, spécialisé en psychiatrie. Preuve de la complexité d’une telle démarche de coordination », poursuit l’intéressé, en rappelant « la pertinence du recours à un cabinet extérieur pour encadrer la réalisation du projet médical partagé ».

Si le nouveau GHT avait, certes, identifié en amont les orientations stratégiques du projet - via la création en 2016 de filières thématiques (cancérologie, chirurgie, psychiatrie, etc.), telle que l’impose la réforme – encore fallait-il assurer une réelle cohérence à la démarche. Et ce, pour mieux répondre aux objectifs fixés aux huit filières sur l’ensemble du territoire. « Une mission largement remplie par Eurogroup auquel nous avons eu recours dès début 2017. Non seulement, le cabinet a été très utile pour formaliser et assurer le lien entre les professionnels de santé des différents établissements, mais il a surtout fait vivre les huit groupes de travail identifiés in fine par filière »

.

Revoir l’offre de soins à l’échelle territoriale

Pour ce faire, le cabinet a encadré les travaux réalisés au sein de chacun des groupes. « Cela a permis aux parties prenantes d’engager une véritable réflexion par filière à l’échelle du territoire et non plus à celle d’un établissement. Dans ce cadre, l’offre de soins a été revue de A à Z via l’optimisation des parcours des patients au niveau du GHT ». Exemple probant, concernant la filière cancérologie : « les travaux ont mis en évidence de nombreuses ‘fuites’ de patients du territoire qui se rendent jusqu’à Reims pour suivre leur traitement. Alors même que notre GHT propose aujourd’hui une offre de soins tout aussi complète, à la fois graduée et plus proche des malades, évitant ainsi des déplacements et des coûts inutiles pour la sécurité sociale », illustre l’intéressé.

On l’aura compris, c’est à partir de tels travaux qu’Eurogroup a pu rédiger, in fine, un projet médical partagé homogène, structuré par filière, associé depuis, à la mise en place d’un plan de performance (voir encadré). « Au final, nous sommes largement satisfaits d’un tel accompagnement sur mesure. D’autant qu’il s’agit d’une prestation nouvelle proposée par l’UGAP et dont nous avons pu bénéficier très rapidement, alors que le calendrier réglementaire s’avérait contraignant », conclut le DG.

Un plan de performance sur trois ans

Un projet médical partagé, oui, mais encore faut-il qu’il soit efficace dans la durée ! C’est pour répondre à une telle problématique de performance budgétaire, que le CHU de Charleville a décidé de prolonger sa collaboration avec Eurogroup – toujours via l’UGAP – via la mise en place d’un plan de performance sur trois ans. « Alors que les hôpitaux du GHT rencontrent, pour la plupart, des problématiques budgétaires, il était impératif de dégager dès maintenant des leviers pour revenir à l’équilibre d’ici trois ans. C’est l’une des conditions pour faire vivre au mieux notre projet médical », confie Jean-Pierre Mazur. Ainsi, plusieurs pistes – touchant différents secteurs, médicaux ou non - ont été identifiées : achats, logistique, transports, administratif, SI, recherche… « La gageure étant de favoriser la mutualisation de certaines ressources ou compétences pour permettre une recomposition de notre offre sur le territoire afin qu’elle soit permanente, équilibrée et de proximité ».

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.