• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

La 27ème Région questionne l’avenir de l’achat public

Mis à jour le mardi 12 mai 2020

Laboratoire dédié à la transformation des politiques publiques, la 27ème Région contribue à réinventer les modes d’action publics de demain, avec comme dernier chantier en date… l’achat public stratégique ! Une vingtaine d’experts, dont l’UGAP, ont ainsi participé à de tels travaux d’analyse et d’expérimentation sur lesquels revient Julien Defait, designer au sein de cette association d’intérêt public.

Defait-min

-Pourquoi la 27ème région s’intéresse en particulier à l’achat public stratégique ?

Tout simplement parce que la commande publique s’impose comme l’un des piliers de la culture administrative française ! Ainsi, après avoir décrypté des sujets comme l’évaluation publique ou les schémas d’aménagement régionaux, notre programme de prospective baptisé Les Éclaireurs, s’attaque désormais à l’achat public stratégique, en mobilisant, comme à chaque fois des outils et méthodes de l’intelligence collective et du design. L’objectif à la clé : susciter la réflexion et surtout l’action autour d’un tel sujet en proposant un espace pluridisciplinaire et expérimental, propre à questionner, bousculer certaines façons de faire et en conforter d’autres. L’enjeu est de taille alors que les évolutions autour de l’achat public, - à l’heure de la RSE et d’une coopération croissante entre acteurs du territoire -, se heurtent aux freins culturels et organisationnels des administrations publiques. Ainsi, dès 2019, nous avons sollicité pas moins d’une vingtaine d’experts, dont la Direction des achats de l’Etat, la Région Bretagne, la Métropole européenne de Lille, Nantes Métropole ou encore l’UGAP, pour imaginer collectivement ce que doit être l’achat public de demain.

27eme Région

-Comment se sont structurés de tels travaux ?

Une journée et demie de séance à huis clos nous a permis de passer au crible les pratiques d’achat public et ainsi nous projeter vers de nouveaux modes opératoires. Car pour faire évoluer les services publics de demain et ainsi transformer les politiques publiques – relatives ici à l’achat public –encore faut-il privilégier une approche corps de métier en s’immergeant dans le quotidien opérationnel des acheteurs publics ! Qu’il s’agisse de problématiques juridiques, d’éléments techniques ou de questions de fond, nous avons ainsi cartographié les grands enjeux en la matière au regard notamment des nouvelles injonctions qui s’imposent en matière de commande publique (acheter plus durable, plus responsable, plus local, plus expérimental, plus innovant…). De quoi nous permettre de schématiser, in fine, de manière graphique et étape par étape, le parcours type du métier d’acheteur public. Et ainsi aboutir à l’écriture d’un scénario prospectif et alternatif pour l’avenir de cette profession vouée à davantage s’ouvrir vers des approches plus transversales et généralistes. Des travaux riches en enseignements (voir l’encadré) qui ont été exposés lors des ETS 2019 de Strasbourg.

27eme Région 2

-Quid maintenant des prochaines étapes ?

Après une telle analyse prospective, place à l’expérimentation ! Et ce, en nous concentrant d’ores et déjà sur un des points clés de ce scénario, sélectionné par les participants sur une base de quatre éléments phare identifiés (clause d’évolutivité, modélisateur stratégique, etc.). Au final, c’est le thème de la négociation responsable qui a été retenu, pour être testé, in fine, par la Région Bretagne dans le cadre d’un appel d’offres dédié aux objets promotionnels pour lequel nous allons travailler collectivement de la phase du sourcing à celle de l’exécution du marché, en passant par la rédaction du cahier des charges et bien sûr la négociation. Nous avons volontairement choisi un achat à forte dimension d’éco-conception, impliquant - pour des raisons pratiques - la production d’une solution manufacturée de grande consommation. Au travers de cette expérimentation, la collectivité pourra ainsi nous faire un retour sur les bonnes pratiques achats à activer en matière de clauses RSE, et ce, au travers d’un "canevas d’analyse" des impacts environnementaux. C’est une sorte de carnet de bord, évolutif et illustré de schémas et de data visualisation, qui montrent à la fois la performance environnementale de l’entreprise, et celle de son offre, à partir d’informations qu’elle aura fournies (les engagements environnementaux corporate, l’analyse du cycle de vie du produit, etc.). La promesse de ce carnet de bord : permettre aux acheteurs de mieux connaître l’impact environnemental des offres, et aux entreprises de prendre davantage conscience de cet impact, et pour les deux parties, d'acquérir une meilleure connaissance des contraintes de chacun. Les résultats sont attendus pour la fin de l’année.

Vers une université ouverte de l’achat public ?

Alors que la culture de l’achat public est avant tout juridique, une telle technicité la rend impénétrable pour une grande partie des agents publics, sans même parler des opérateurs économiques et des citoyens, selon les travaux de la 27ème Région. En conséquence, la relation entre les acheteurs et les services prescripteurs peut être un dialogue de sourds, ou nécessiter un effort de traduction réciproque. Pour décloisonner l’expression des besoins et l’ouverture d’une procédure, < span class="italic">« ne pourrait-t-on pas imaginer des professionnels de l’achat formés tout au long de leur carrière aux finalités et externalités positives de l’achat sur les politiques publiques, aux enjeux d’innovation et de développement des compétences sur le territoire, aux modalités de coopération entre l’acteur public, la société civile et les entreprises ? », questionne Julien Defait. C’est du moins la proposition faite par la 27ème Région à travers la création d’une université ouverte de l’achat public, formation qui serait distribuée sous forme de modules pluridisciplinaires à la carte. A l’issue de ce processus de formation, les acheteurs intègreraient un réseau des réservistes de l’achat public, afin d’être sollicités en appui méthodologique par une autre collectivité du territoire.

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.