• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    0,05 €/appel + prix de l'appel

L’affacturage collaboratif, levier clé d’optimisation de la trésorerie des PME

Mis à jour le mardi 27 avril 2021

Business partners greeting each other. Mixed media

Halte aux tensions de trésorerie ! Alors que la crise sanitaire dégrade la santé financière d’un nombre croissant de PME, le recours à l’affacturage collaboratif séduit de plus en plus d’acteurs publics soucieux de soutenir leurs fournisseurs. A commencer par l’UGAP, pionnière en la matière, avec un marché actif depuis 2015, et qui entend partager son expertise au profit d’autres donneurs d ’ordre publics. Décryptage de ce dispositif de « paiement fournisseur anticipé » porté par le Médiateur des entreprises, depuis 2019.

Pierre Pelouzet

« Le paiement fournisseur anticipé - ex-affacturage inversé collaboratif * - joue un rôle clé dans le soutien de la trésorerie des PME et la création de relations durables avec leurs clients. Mais pour généraliser un tel outil encore peu connu des acheteurs publics, encore faut-il nous appuyer sur des acteurs pionniers en la matière, publics comme privés, à l’instar d’EDF, ENGIE, le Groupe BEL ou encore l’UGAP ». Cet appel lancé par Pierre Pelouzet, médiateur des entreprises, en dit long sur l’importance de ce dispositif dont le recours au sein du secteur public a été défini et encadré par la loi Pacte du 11 avril 2019.

Fort heureusement, un tel message n’est, depuis, pas tombé dans l’oreille d’un sourd… Tant certains acteurs publics s’intéressent désormais sérieusement au sujet à l’aune notamment de la crise sanitaire actuelle. C’est le cas de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. « En tant que collectivité, c’est notre rôle d’être à l’écoute des besoins de nos entreprises et donc de nos fournisseurs. Et ce, en pouvant leur proposer notamment une solution déjà éprouvée comme l’affacturage inversé favorisant des délais de paiement réduits grâce à l’appui d’un tiers – un factor – choisi, en amont, par une collectivité. Un dispositif, qui plus est, plébiscité par les pouvoirs publics mais aussi testé avec succès par l’un de nos partenaires, l’UGAP », développe Carine Puyau, chargée de mission au sein de la direction de la commande publique et des achats du conseil régional. Celui-ci entame ainsi ses premières réflexions en la matière en s’appuyant notamment sur le modèle de cahier des charges rédigé par la centrale d’achat public via son marché d’affacturage collaboratif, actif depuis 2015.

Partage de bonnes pratiques

Carine-Puyau

Alors que peu de collectivités ont, pour l’heure, déjà franchi le cap en la matière, « c’est dire l’intérêt de disposer de ce kit complet développé par l’UGAP ! Et ainsi profiter d’une vue d’ensemble sur un tel outil novateur dans le secteur public », indique Carine Puyau. Car pour la chargée de mission, « le CCP de l’UGAP offre un éclairage très pratique et instructif sur ce process de paiement anticipé des factures. De quoi mieux identifier in fine les attentes qu’un acteur public peut avoir vis-à-vis d’un factor - définition du besoin, obligations réciproques et rôles de chacun…-, à chaque étape d’un procédé de facturation faisant donc intervenir un nouvel acteur ». (voir la vidéo ci-dessus)

D’autant que l’enjeu de cette procédure est, in fine, de taille : « permettre un paiement anticipé en quatre jours par notre factor, La Banque Postale Leasing & Factoring, à qui nos fournisseurs cèdent leurs créances ! Tandis que nous remboursons celle-ci dans le délai réglementaire de 30 jours », lance Fadéla Khaldi, chef de département produits financiers au sein de la centrale d’achat, soulignant ainsi « l’intérêt de ce partage des bonnes pratiques avec des clients publics surtout dans le contexte actuel ». Un moyen d’étendre à terme la diffusion de l’affacturage collaboratif au sein du secteur public « dont le déploiement relève d’un savoir-faire transversal et complexe », complète celle-ci.

Conditions financières attractives

Tugdual-Lamoine

Mais comment se déroule concrètement une telle procédure ? « Le dispositif, entièrement dématérialisé, est d’une grande simplicité de mise en œuvre et rapidité d’exécution ! », répond d’emblée Tugdual Lamoine, DAF du Groupe Gruau, constructeur carrossier, titulaire de l’UGAP, bénéficiant de ce mode de paiement anticipé depuis 2017 (voir la vidéo et l’encadré ci-dessous). A savoir, « la transmission d’un bordereau de cession, puis le dépôt de nos factures en ligne pour paiement en quelques jours par le factor de la centrale d’achat public, LBPLF, au lieu d’un délai classique de 30 jours », précise le DAF, justement en quête d’une source efficace de financement de son BFR. « Et parmi les différents leviers qui existent sur le marché, l’affacturage collaboratif - proposé à des conditions financières attractives par l’UGAP, -, reste certainement le plus intéressant tant il s’appuie sur la force de frappe de celle-ci, en tant que centrale d’achat » (voir l’encadré ci-dessous).

Et pour cause : « ces conditions ont été négociées sur la base de nos volumes d’achat et aussi de la qualité de notre signature en tant qu’acteur public de référence », confirme, de son côté, Fadéla Khaldi, en précisant que de « telles conditions sont garanties pour le fournisseur sur toute la durée du contrat d’affacturage qu’il a signé avec LBPLF ». Rappelons qu’en 2020, une quarantaine de titulaires de marchés à l’UGAP ont bénéficié de l’affacturage collaboratif, partiel ou total (voir l’encadré) soit au total plus de 14 000 facturées financées pour un montant global de près de 55 millions d’euros.

*Le Médiateur des entreprises, dont l’un des objectifs consiste à rééquilibrer les relations entre clients et fournisseurs, a été missionné par Bercy pour mieux faire connaître le dispositif du paiement fournisseur anticipé (l’ex-affacturage inversé collaboratif) et assurer son déploiement auprès des acheteurs du secteur privé et public, ainsi que de leurs fournisseurs.

L’affacturage collaboratif à l’UGAP, en six points clés

Quid des caractéristiques et principaux avantages de l’affacturage collaboratif proposé par la centrale d’achat public à ses fournisseurs ? Tour d’horizon :

- Tous les fournisseurs de l’UGAP y sont éligibles, sous réserve d’un faible taux de litige à responsabilité fournisseur.
- L’adhésion au programme se déroule très simplement sur la base d’un contrat d’affacturage entre le fournisseur et le partenaire bancaire, LBPLF, une convention de mandat entre le fournisseur et l’UGAP et un exemplaire unique du marché/ certificat de cessibilité délivré à la demande du fournisseur.
- Dans un souci de souplesse, l’affacturage total ou partiel des factures est proposé : les fournisseurs peuvent donc céder librement leurs factures, même au cas par cas, selon leurs besoins de trésorerie, et sans engagement (pas de commission de non utilisation)
- Les factures doivent être dématérialisées (dépôt sur la plateforme Sinoé de l’UGAP).
- L’UGAP ne prend aucune commission lorsque des entreprises accèdent à ce dispositif, assorti de conditions financières attractives garanties pour le fournisseur sur toute la durée du contrat.
- Le dispositif vise à renforcer la bonne exécution des marchés publics de l’UGAP dans l’intérêt des clients publics. Il est donc au cœur d’une relation partenariale de qualité.


Articles associés