• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Maine-et-Loire : 1800 prestations de CRB optimisées avec l’appui de Bureau Veritas

Mis à jour le jeudi 05 mars 2020

Photo CRB

Environ 550 contrôles réglementaires des bâtiments (CRB) à effectuer chaque année sur un parc de 87 ascenseurs, 225 portes et portails automatiques et encore 3400 extincteurs. Pour mieux coordonner la gestion de telles opérations complexes, le Conseil départemental du Maine-et-Loire a décidé de s’appuyer sur l’UGAP et son titulaire, Bureau Veritas. Un choix largement payant durant les dernières années, et encore très récemment, avec le dépistage du radon, obligatoire pour cet acteur public exposé à ce gaz radioactif.

Faire le choix d’un seul et unique prestataire pour assurer pas moins de 1800 prestations de CRB (Contrôles réglementaires des bâtiments) menées en l’espace de trois ans. Tel est le parti adopté par le conseil départemental du Maine-et-Loire (49) en misant sur le cabinet Bureau Veritas, titulaire de l’UGAP.

« Avec 89 bâtiments sur 170 classés ERP, dont 50 collèges, et traditionnellement une multiplicité de contrats, le Conseil départemental a décidé en 2016 de reprendre la main sur un tel dossier, en jouant la carte de la mutualisation de l’achat public grâce à l’appui de la centrale d’achat », indique Eliane Salez, gestionnaire de contrats de maintenance et contrôles réglementaires au sein de la structure.

Pilotage centralisé

Exit la gestion autonome mais aussi disparate et inégale des différentes opérations de CRB d’un établissement à l’autre, « place à un pilotage centralisé favorisant in fine une harmonisation des pratiques et un suivi unifié », poursuit l’intéressée, en charge d’une telle coordination. Un choix conséquent pour la collectivité ! Et pour cause : environ 550 CRB doivent être effectués chaque année par un organisme agrée sur un parc de 87 ascenseurs, 225 portes et portails automatiques, 101 chaudières ou encore 3405 extincteurs. De quoi attester de la bonne maintenance des équipements, avec une périodicité variable selon les contrôles : tous les deux ans pour le rendement thermique des chaudières, tous les trois ans pour les systèmes de sécurité incendie, tous les cinq ans pour les contrôles techniques ascenseurs, etc.

Avec toujours le même enjeu, non négligeable, à la clé : « s’adapter systématiquement aux dernières évolutions réglementaires imposant aux collectivités des obligations toujours plus nombreuses en terme de CRB. Exemple probant : le dépistage du radon, entrée en vigueur en 2018 et avec lequel nous devons impérativement être en conformité d’ici juillet 2020 », confie Eliane Salez, en rappelant que « face à de tels délais impartis, rendant complexe le lancement d’un appel d’offre dédié, la réactivité conférée par le dispositif UGAP a été déterminante afin d’atteindre les objectifs fixés dans les temps ».

Salez

Zone d’exposition à risque

Et ainsi satisfaire les contrôles de l’ARS et de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, alors que « 38 collèges sur les 50 que compte le département sont en zone d’exposition à risque, classée 3, face à un tel gaz radioactif particulièrement présent dans la région Pays de la Loire », poursuit Eliane Salez, pour qui l’avantage du recours l’UGAP en matière de CRB porte également sur d’autres aspects clés. « Outre le travail de rédaction colossal d’un tel marché public, CCTP inclus, pris alors en charge par la centrale d’achat, il s’avère pertinent d’avoir accès à des tarifs d’ores et déjà pré-négociés par l’établissement public », complète la gestionnaire.

Sans oublier l’intérêt fort du Conseil départemental pour l’expertise de Bureau Veritas « au travers d’une collaboration stratégique ayant fait la part belle à la notion de service client ». Les principaux points de satisfaction ? « L’utilisation intuitive de l’extranet du prestataire, BVlink, interfacé à notre système de GMAO, gestion de la maintenance assistée par ordinateur. De quoi offrir aux 89 gestionnaires, au sein de nos ERP, un point d’entrée unique pour la consultation, désormais optimisée, de toutes les opérations de CRB réalisées. Plus encore, en tant qu’administratrice, mon travail de coordination est d’autant plus facilité que je peux gérer en direct les droits des utilisateurs », indique l’intéressée, tout en concluant sur une note positive : « la transmission prochainement 100 % automatisée des rapports de vérification établis par l’auditeur à notre système interne, ce qui boostera encore plus nos process ! ».

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.