• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Ministère de la Culture : un premier jeu vidéo pour sensibiliser aux langues romanes

Mis à jour le vendredi 24 mai 2019

Appréhender les langues romanes et la diversité linguistique de manière ludique ? C’est le but recherché par le Ministère de la Culture en misant pour la première fois sur les jeux vidéos, via le développement de « Romanica », disponible gratuitement sur Google Play et Apple Store. Une création de la société Atos, titulaire de l’UGAP, et son sous-traitant, la PME française CCCP.

Bannière Romanica

Ramenez la lumière dans la cité cachée de Romanica en surfant sur la puissance des mots ! Forts de cinq mondes divisés en quinze niveaux épiques, « Romanica » n’est autre que le premier jeu vidéo sur mobile de l’administration publique, lancé en mars 2019 par le Ministère de la Culture, en partenariat avec l’Organisation internationale de la francophonie. L’objectif : sensibiliser le public aux langues romanes. S’inscrivant dans le cadre de la saison culturelle croisée France/ Roumanie démarrée fin 2018, le jeu– 100 % bilingue - a été conçu par la société Atos, titulaire de l’UGAP, et son sous-traitant CCCP, un studio de jeu vidéo indépendant.

photo-TG_TLRF-2015

Disponible gratuitement sur Google Play et Apple Store, Romanica « se distingue ainsi par son univers ludique et divertissant visant à retrouver le sens de mots de plus en plus complexes, et à identifier la langue romane à laquelle ils appartiennent : italien, espagnol, catalan, corse, portugais, occitan, et bien sûr français et roumain. De quoi booster sa faculté de passer d’une langue à une autre ! », se réjouit Thibault Grouas, chef de la mission des langues et du numérique au Ministère de la Culture, tout en soulignant la portée stratégique d’un tel jeu innovant, fruit de plus d’un an de développements pour un budget total de 200 000 euros.

Des délais très contraints

Pour l’intéressé, « l’appui de l’UGAP fut essentiel à la réussite du projet, tant nos délais très contraints – la nécessité de livrer le jeu pour la saison culturelle France – Roumanie - ne permettaient pas le lancement d’une consultation en propre. Aussi, encore fallait-il identifier et collaborer au plus vite avec le prestataire ad hoc, un objectif largement facilité par le recours à la centrale d’achat qui a su nous orienter très rapidement vers son titulaire Atos, et son sous-traitant, la PME française CCCP ».

Quid du déroulement de la prestation ? « Elle s’est effectuée dans des conditions optimales, répond Thibault Grouas, Tel un facilitateur, Atos nous a largement assisté dans le pilotage du projet en organisant les réunions de suivi régulières avec le studio. Celui-ci s’est chargé, de son côté, de la production et des développements des différentes versions du jeu. De quoi bien calibrer en amont les travaux sur les contenus, les fonctionnalités et tests à mettre en place. Le résultat final est aujourd’hui pleinement à la hauteur de nos attentes ».

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.