• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Mutualisation : huit SDIS du Grand Ouest s’unissent pour l’achat de 55 ambulances

témoignages Mis à jour le jeudi 22 février 2018

SDIS-22

Rédiger un cahier des charges commun pour l’achat de 55 VSAV, véhicules de secours et d’assistance aux victimes : voilà une grande première pour huit SDIS de l’ouest de la France qui ont misé sur l’UGAP pour mener à bien cette opération de mutualisation propre à optimiser les coûts.

Exactement 3 838 788 € TTC pour l’achat, via l’UGAP, de 55 VSAV. Cette commande groupée d’envergure de véhicules de secours et d’assistance aux victimes est à marquer d’une pierre blanche pour les SDIS de l’ouest de la France. « C’est la première fois que nous rédigeons un tel cahier des charges commun à huit départements, démarche initiée au sein de l’Union régionale des Sapeurs-Pompiers du Grand-Ouest et avec l’aval des directeurs et des élus. Les départements concernés : les Côtes d’Armor, le Morbihan, l’Ille-et-Vilaine, l’Orne, la Mayenne, le Maine-et-Loire, la Sarthe et la Vendée », explique Gilles Mengual, chef du groupement logistique au sein du SDIS 22.

Une grande première qui illustre la dynamique de mutualisation des achats parmi les sapeurs-pompiers impulsée ici par cette volonté commune. « Traditionnellement, les différents SDIS de notre territoire préfèrent acheter séparément de tels véhicules. Mais cette fois, nous sommes parvenus à faire converger nos besoins au sein d’un seul et même cahier des charges, en favorisant les compromis et aussi la prise en compte de spécificités locales. Résultat : nous avons limité le nombre d’options à seulement cinq ou six afin d’engager un processus industriel massifié et simplifié », énonce le colonel Gilles Mengual.

Choix d’un modèle unique

G-Mengual

Exit le choix de châssis différents, les huit SDIS ont donc opté pour un unique modèle - le Renault Master – véhicules conçus sur mesure par l’un ou l’autre des trois équipementiers sélectionnés via le marché UGAP dont Gruau est titulaire. Une décision qui relève du bon sens, selon le colonel : « porter secours à une personne vivant à Vannes, Saint-Brieuc ou Le Mans relève peu ou prou de la même démarche et suppose des besoins identiques. D’où l’intérêt de recourir au même modèle pour tout le monde, plus aisé à aménager via la standardisation et un approvisionnement commun des accessoires, gyrophares, rampes lumineuses…, facteur d’économies non négligeables ».

La preuve en chiffres : « un gain de 12 % en moyenne pour cet achat groupé, se réjouit l’intéressé, par exemple au sein du SDIS 22, le même modèle acheté en 2016 via l’UGAP nous a coûté plus de 80 000 euros, alors que l’année suivante, via cet achat concerté, nous n’avons déboursé que 71 000 euros ! ». Et d’illustrer : « rien qu’en renonçant à certaines particularités comme peindre en blanc les pavillons et les pare-chocs des VSAV, nous avons généré une économie de 1500 euros par véhicule ».

Une expérience réussie

Preuve de la réussite d’une telle opération : le renouvellement de l’expérience pour 2018, via l’UGAP « qui offre une souplesse en terme de choix d’équipementiers », précise l’intéressé. Et d’ajouter : « Si nous planchons d’ores et déjà sur quelques ajustements techniques et finitions, à améliorer pour profiter à l’avenir d’un rendu qualitatif plus uniforme d’un véhicule à l’autre, les huit SDIS sont globalement satisfaits de la prestation délivrée alliant parfaite maîtrise des coûts et respect des délais de livraison ».

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad
et au système de Médiation du e-commerce.