• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Pour Gérald Darmanin et Jean-Michel Blanquer, « l’UGAP est au cœur des enjeux de performance de l’achat public »

Mis à jour le samedi 07 mars 2020

carte

A l’occasion de la signature du COP (Contrat d’objectifs et de performance) 2019 / 2021 entre l’Etat et l’établissement public, les deux ministres de tutelle de l’UGAP, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics et Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse, reviennent sur les défis qui attendent la centrale d’achat dans les années à venir.

« Viser l’excellence de l’achat public ! ». Voilà un objectif pour le moins ambitieux sur lequel s’accordent Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics et Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse, quant à la mission de l’UGAP pour les années à venir (voir l'encadré ci-dessous), à l’occasion de la signature du COP (Contrat d’objectifs et de performance) 2019 / 2021 entre l’Etat et l’établissement public, en février 2020.

Alors que « la performance de l’achat public s’impose au coeur de l’action du gouvernement en matière de réforme de l’État », comme le rappellent à l’unisson les deux ministères de tutelle de la centrale d’achat public, encore faut-il « qu’elle soit placée au service de l’effort de consolidation des finances publiques ». C’est dans cette perspective qu’a été décidé le plan de réduction des coûts des achats de l’État dont le lancement a été annoncé par le 3e comité interministériel de la transformation publique. Avec une mise en oeuvre confiée à la DAE, Direction des achats de l’État.

Capture 2

Levier des politiques publiques

Un chantier de taille où l’UGAP a naturellement tout son rôle à jouer. Et pour cause : en tant que centrale d’achat public, sa performance dépend précisément de sa capacité à mutualiser les coûts, au regard du volume d’activité qui lui est confié. Et cela, par des acteurs publics, soucieux de rationaliser les deniers publics dans un contexte budgétaire contraint.

Plus encore, pour les deux ministres, « l’achat public n’en doit pas moins demeurer, également, un des leviers des politiques écologiques, sociales et économiques poursuivies par les pouvoirs publics ! Aussi, notre attente vis-à-vis de l’UGAP est forte, du fait, de son positionnement transversal et du volume important et croissant de son activité ». C’est pourquoi la signature du contrat d’objectifs et de performance entre l’État et l’UGAP pour la période 2019-2021 entend marquer un jalon important de cette trajectoire.

Capture22

Booster la qualité de service

En effet, les orientations de ce nouveau COP reflètent une vision commune pour les deux signataires : « au- delà du développement de la performance de l’achat public, l’UGAP doit parallèlement promouvoir résolument l’innovation, le soutien aux PME et à l’emploi dans les territoires et amplifier le mouvement de fond vers des achats durables et socialement responsables ».

Et ce, tout en mettant à l’honneur une volonté commune de l’établissement et de sa tutelle : renforcer la qualité du service délivrée aux plus de 21 000 clients publics de l’UGAP ! Une équation complexe, donc, pour la centrale d’achat, décidément au cœur des impératifs de transformation publique impulsés par le gouvernement.

La stratégie 2019-2021 de l’UGAP

Elaborée à partir des principes qui sont la raison d’être de l’UGAP -son appartenance au secteur public et l’adhésion aux règles et aux valeurs qui en sont la conséquence -, cette stratégie repose sur trois axes majeurs :

-Poursuivre une extension maîtrisée de l’offre afin de limiter les risques d’une action trop dispersée. Cette orientation conduira l’établissement à rechercher en priorité la complétude et l’approfondissement des offres existantes

-Rehausser la qualité de service : il s’agit de la principale attente exprimée vis-à-vis de l’établissement par les acheteurs publics et tout particulièrement par les services de l’État. C’est à la fois une exigence et un défi dans un contexte de forte augmentation de l’activité qui met sous tension les équipes de l’UGAP, mais aussi celles de ses fournisseurs

-Développer la résilience de l’UGAP. L’établissement doit poursuivre le développement de sa productivité pour répondre aux exigences de ses clients en matière de performance achat et de qualité de service et trouver les voies d’un ajustement rapide aux fortes fluctuations de son activité

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.