• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    0,05 €/appel + prix de l'appel

Vincent Roberti, Ministère de l’Intérieur : « Une flotte automobile plus écologique et 'made in France' pour nos policiers et gendarmes »

Mis à jour le mardi 30 mars 2021

Un renouvellement de flotte auto historique ! En dotant, depuis 2020, policiers et gendarmes de milliers de véhicules neufs – thermiques ou écologiques - et vélos électriques « made in France », le ministère de l’Intérieur remplit un triple objectif : la conduite plus efficace des missions de maintien de l’ordre, le soutien à l’industrie nationale et la réduction de l’empreinte carbone. Décryptage d’une telle opération et du rôle clé joué par l’UGAP avec Vincent Roberti, Directeur de l'évaluation de la performance, de l'achat, des finances et de l'immobilier (DEPAFI) au sein du ministère.

- Dans quel contexte s’inscrit ce renouvellement de taille du parc automobile des forces de sécurité intérieure, à l’oeuvre depuis 2020 ?

Photo Vincent Roberti

C’est à la suite d’un constat dressé l’été dernier par Gérald Darmanin - alors nouveau ministre de l’Intérieur - d’une nécessaire adaptation des moyens des policiers et gendarmes à leurs missions, qu’une telle opération a été décidée. D’autant qu’avec la crise sanitaire, un renfort des crédits du ministère de 75 millions d’euros, via le plan de relance, a pu être mobilisé à cet effet. Soit un effort budgétaire équivalant à une hausse de 50 % des plans d'équipement prévus pour l’an dernier ! De quoi avoir permis l’acquisition, donc, dès fin 2020, via l’UGAP, de quelques 2500 véhicules, renouvelant ainsi notre parc diesel assez vieillissant (âge moyen des voitures de 6,5 ans) : une moitié en modèles thermiques, des Peugeot 5008, et une autre en véhicules électriques, des Renault Zoé et Kangoo ZE produites à Flins et Maubeuge. Sans oublier la commande, toujours via l’UGAP, de plus de 1 500 vélos électriques, également de production française. Ce renouvellement se poursuit cette année – 15 000 véhicules remplacés au total d’ici fin décembre sur les 60 000 unités du parc auto des forces de l’ordre - grâce aux crédits prévus en loi de finances 2021 (161 millions d’euros) et le plan de relance (115 millions d’euros). Comme en 2020, l’achat « français » reste de mise pour soutenir nos entreprises nationales, priorité de notre ministère.

- En quoi le choix de ces différents modèles permet-il de concilier au mieux les besoins de déplacement des policiers et gendarmes avec l’impératif écologique ?

Peugeot 5008

Si l’objectif premier de cette commande est bien de permettre aux agents du ministère d’exercer leurs missions dans de meilleures conditions, et ce, pour un service public optimisé, encore faut-il qu’une telle remise à neuf du parc auto ne rime pas, en effet, avec une hausse des émissions de CO2 ! C’est pour garantir le verdissement de notre flotte que nous avons donc misé sur l’achat en nombre de véhicules électriques. Au regard de leur autonomie limitée, nous les réservons à des missions spécifiques induisant peu de distance en km (opérations logistiques, etc.). En parallèle, nous avons investi massivement dans l’installation de bornes de recharge, au nombre de 1100 à fin 2020, complétées par 1700 autres à la fin de l’année. Plus encore, notre commande d’envergure de vélos électriques - conçus par la PME française Arcade Cycles – vient renforcer cette stratégie de mobilité durable : faire la part belle à des déplacements doux en complément de la voiture, permettant, de plus, à nos agents de gagner en agilité lors d’opérations en milieu urbain. Au final, nous essayons de faire le meilleur compromis entre véhicules propres d’une part et véhicules thermiques d’autre part, dont l’autonomie bien plus longue reste une condition phare pour moult opérations, notamment de patrouille et d’intervention. D’où le choix de Peugeot 5008, véhicules à essence très puissants avec un coffre d’une grande capacité propre à stocker de nombreux équipements des policiers et gendarmes, et qui plus est, sérigraphiés police-gendarmerie dans le cadre de notre commande UGAP.

- Etes-vous justement satisfait de l’accompagnement délivré par la centrale d’achat public ?

véhicule gendarmerie

De par son expertise de la commande publique et aussi du marché constructeurs, l’UGAP a pu largement faire valoir sa valeur ajoutée et ainsi contribuer à la réussite de cette opération. D’autant que l’intérêt de passer par la centrale d’achat public – outre le recours à une procédure 100 % sécurisée sur le plan juridique – est de pouvoir bénéficier, via la mutualisation, à des tarifs négociés en amont. Plus encore, la commande via des marchés publics déjà existants, favorise un gain de temps considérable, notamment en terme de délais de livraison, un point crucial pour nous ! En effet, pour ces premières acquisitions, nous devions être livrés dans des délais courts, avant fin 2020. Et l’UGAP a su nous accompagner pour raccourcir de tels délais, de 9 à 5 mois, en échangeant avec les constructeurs. Si nous sommes donc satisfaits par les services de la centrale d’achat public - qui demeure un partenaire de choix pour notre ministère -, notre degré d’exigence envers elle reste élevé, notamment en terme de délais de livraison. En effet, pour les commandes à venir, toujours dans le cadre du plan de relance, les véhicules devront, comme l’an dernier, être livrés à l’automne ! La gageure pour l’UGAP réside donc dans l’anticipation en amont de la commande client, tant en terme logistique, que de veille auprès des constructeurs quant aux nouveaux modèles bientôt disponibles sur le marché. C’est cette triptyque réussie « Ministère-UGAP-Fournisseurs », basée sur la confiance, qui est facteur de performance.

Articles associés