• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Communauté de communes Écueillé Valençay : de l’éclairage public qui allie écologie avec économies

Mis à jour le lundi 02 juillet 2018

Capture

Exit les nuits noires en rase campagne ! C’est pour offrir du confort et de la sécurité à ses habitants que la communauté de communes d’Écueillé Valençay (36) a opté, via l’UGAP, pour les lampadaires solaires autonomes conçus par la société française Fonroche. Reportage.

Plus de lumière pour plus de confort et de sécurité dans les zones rurales. Alors que la plupart des villages en rase campagne – dépourvus d’éclairage public adéquat - restent plongés dans le noir, une fois la nuit venue, la communauté de communes Écueillé Valençay (36) a décidé de mettre fin à une telle configuration en employant les grands moyens. Comment ? En faisant l’acquisition, via l’UGAP, d’une cinquantaine de lampadaires solaires autonomes conçus par la société française Fonroche (47).

« Un investissement financé dans le cadre du programme ‘Territoire à énergie positive pour la croissance verte’ du Ministère de l’écologie, via lequel nous avons pu consacrer environ 250 000 euros pour l’éclairage public », souligne Gérard Sauget, maire de Pellevoisin, l’un des dix-neuf villages de cette communauté d’agglomération qui accueillera une trentaine des cinquante lampadaires commandés, tous garantis dix ans.

Halte aux factures d’électricité

Lampadaire3

Si le client public a fait le choix d’une telle offre, c’est pour allier écologie avec économies. « Grâce à ces lampadaires - dotés de panneaux photovoltaïques captant l’énergie solaire en journée afin qu’elle soit restituée la nuit vers le bloc à led -, nous n’avons plus de factures d’électricité à payer ! Exit les coûts cachés induits par les consommations électriques. Hormis l’achat des équipements, nous n’avons rien à débourser, si ce n’est les frais de pose », se réjouit Gérard Sauget, en rappelant que l’installation dure quelques heures à peine. « Pour chaque lampadaire, seule la mise en place d’un plot en béton suffit, aucun travaux de terrassement ou d’aménagement des canalisations ne sont nécessaires ».

Auquel s’ajoute un autre gain de taille : la qualité de l’éclairage. « Nous avons opté pour des modèles de lampadaires de 6 mètres de haut offrant une importante luminosité, adaptée aux zones rurales comme la nôtre initialement dépourvue en éclairage public. Résultat : lors des sombres matinées d’hiver, nos enfants peuvent prendre leur bus scolaires aux abords des carrefours, en toute sécurité ! », poursuit le maire, ravi d’avoir pu profiter de l’appui de l’UGAP pour une telle acquisition. « Non seulement, nos communes ont bénéficié de ces lampadaires sans avoir à lancer de procédure de marché public – assumée de A à Z par l’UGAP – mais celle-ci, a pu – via la mutualisation de nos besoins – nous proposer des tarifs bien plus attractifs ».

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.