• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    0,05 €/appel + prix de l'appel

Des solutions pour accélérer la transition énergétique des flottes publiques de véhicules automobiles

Reportage Mis à jour le lundi 24 janvier 2022

Le secteur public est en première ligne de la dynamique de verdissement des flottes de véhicules particuliers, qui concerne aussi les acteurs privés, initiée par la Loi de transition énergétique en 2015, renforcée une première fois en 2019 par la Loi d'orientation des mobilités (LOM) puis récemment encore avec la Loi Climat. L'UGAP soutient cet effort à travers son offre de véhicules légers à faibles émissions, dont l'étendue et la diversité visent à couvrir les différents cas d'usage et besoins des services étatiques, des établissements publics, des collectivités territoriales et de leurs groupements.

Le faible émission et la mobilité durable gagnent du terrain au sein des entités publiques. Selon un décret du 11 janvier 2017, un véhicule particulier ou utilitaire léger est dit à faibles émissions dès lors que les émissions de CO2 qu'il génère sont inférieures à 60 grammes par kilomètre, et à très faibles émissions quand il est doté d'une source d'énergie spécifique telle que l'électricité ou l'hydrogène.

Des échéances à moyen et long termes

Florian Prévost

Comment cette définition brute et théorique se décline-t-elle en pratique ? "Nous parlons concrètement de trois technologies pour l'essentiel : le tout-électrique, l'hybride rechargeable et l'hydrogène, détaille Florian Prévost, Chef de département achats véhicules légers et incendie secours protection à l'UGAP. L'alternative hydrogène demeure toutefois peu structurée et peu déployée sur ce type de véhicules. Ce sont donc les deux premières options qui soutiennent aujourd'hui la transition énergétique des flottes de véhicules automobiles des acteurs publics. Ceux-ci poursuivent des objectifs gradués et distincts sur ce sujet au titre de la loi LOM. Quand les services de l'état doivent respecter un taux de 50 % de leurs nouveaux achats de véhicules en faibles émissions, cette proportion est fixée à 20 % pour les collectivités. A très court terme, à compter du 1er juillet 2021, ces mêmes collectivités devront faire passer cette cible à 30 %. "La Loi Climat, votée le 4 mai à l'Assemblée nationale, prolonge et renforce cette obligation en établissant ce taux à 70 % pour l'Etat et ses établissements publics à partir du 1er janvier 2027, et pour les collectivités à compter du 1er janvier 2030." Ces objectifs ambitieux se répercutent d'ores et déjà sur les stratégies et les comportements des entités concernées. Comme le note Olivier Rougetet, Chef de département marketing produits véhicules à l’UGAP, "la loi LOM a déjà eu des effets sur les achats de nos clients en 2020. Les motorisations à faibles émissions ont représenté près de 20% de nos ventes de véhicules particuliers et utilitaires, soit une augmentation de 50% par rapport à 2019."

Des solutions pour tous les usages

Olivier Rougetet

En tant que centrale d'achat public de référence, l'UGAP accompagne le secteur public dans leurs projets et l'abandon progressif et partiel des énergies fossiles pour leurs parcs automobiles. "La construction de notre offre se fait en fonction des segments et des technologies, en allant chercher à chaque fois la meilleure solution électrique ou hybride rechargeable, sachant que la cohabitation des deux technologies sur un même segment est très rare. Chaque alternative technique répond à des besoins d'usage, et donc d'autonomie, différents. L'hybride rechargeable, par exemple, se distingue par sa polyvalence et se prête de façon optimale à un usage quotidien, associé à des recours ponctuels pour des trajets longue distance."

Plus de segments, plus de modèles, plus de technologies

hybride

Telle qu'elle a été actualisée et lancée au mois de mars 2021, la nouvelle offre UGAP s'élargit de façon significative par rapport à la précédente, en accueillant 10 nouveautés pour atteindre 23 modèles au total, de la petite citadine à l'utilitaire en passant par les SUV. Elle intègre dans le même temps davantage de produits en hybride rechargeable, alors que la gamme se concentrait jusqu'ici sur le 100 % électrique. Elle inclut enfin des nouveautés du marché comme la Dacia Spring et la Citroën ë-C4 (électriques), qui s'ajoutent à des best-sellers éprouvés tels que la Renault Zoé.

Direction des achats de l’Etat : « Diversifier la mobilité de l’Etat pour réduire ses émissions de CO2 »

Sylvie Morello, Cheffe de la Mission Mobilité au sein de la direction des achats de l'Etat, évoque les enjeux de transformation des mobilités liées aux activités de l'Etat et les atouts de l'offre de l'UGAP pour y répondre.

Morello

« La Mission Mobilité est chargée de proposer un cadre de gestion des mobilités adapté aux orientations de la circulaire du Premier ministre du 13 novembre 2020, relative à la nouvelle gestion des mobilités pour l'Etat. Elle accompagne sa mise en œuvre à travers un réseau de Référents Mobilité ministériels, régionaux et dans les établissements publics. La circulaire répond à différents enjeux. Il s'agit d'accroître la diversité des mobilités au sein de l'Etat, via des plans de mobilité qui fixeront les transformations à mettre en place pour réduire les émissions carbones liées aux activités de l'Etat, mais aussi d'enrichir les modalités de transport au-delà des véhicules, et de limiter les déplacements. Le projet de transformation énergétique porté dans ce cadre n'est pas nouveau. La règle du jeu a été énoncée en 2017 avec l'obligation d’acheter 50 % des nouveaux véhicules en faibles émissions. Pour atteindre cet objectif, une approche volontariste a été mise en place en ciblant et en orientant les véhicules du segment B2 - citadines polyvalentes - vers un choix exclusivement électrique. Cet engagement est associé à une démarche d'accompagnement des administrations sur ce sujet. Nous les soutenons notamment pour développer leurs connaissances des véhicules faibles émissions et des solutions UGAP. Des journées de présentation sont organisées afin de familiariser les services avec le contexte réglementaire, la technologie et les caractéristiques des véhicules, auquel s'ajoute un descriptif de l'offre de l'UGAP, pour des achats en propriété ou en location longue durée. Les infrastructures de recharge feront prochainement l'objet d'une information dédiée. Au vu de nos besoins et de tous ces enjeux, l'offre conçue par l'UGAP nous intéresse notamment parce qu'elle s'est étoffée. En passant d'un marché mono-attribué à un marché pluri-attribué, elle offre désormais aux services la possibilité de faire un choix entre différentes alternatives sur la citadine. Plusieurs solutions sont accessibles, permettant de couvrir des cas d'usage et des stratégies multiples. Par exemple, la Renault Zoé n'a pas le même mode de recharge que la Peugeot e-208. Le catalogue de l'UGAP se caractérise également par son adaptation à la progression des offres des constructeurs. Il revient ensuite aux administrations d'analyser les solutions adaptées à leurs besoins. »


Articles associés