• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    prix d'un appel local depuis un poste fixe

Préfecture de Police de Paris : « Pour réussir l’achat d’innovations, sortons du champ de la séduction »

témoignages Mis à jour le mardi 05 juin 2018

Castanet

Le choix de solutions innovantes s’avère vital pour la Préfecture de Police de Paris, soucieuse d’optimiser les interventions de ses agents. Explications de Philippe Castanet, directeur des finances, de la commande publique et de la performance au sein de la structure, qui active plusieurs leviers pour optimiser une telle démarche.

Pourquoi l’achat innovant s’impose comme une priorité phare pour la Préfecture de Police de Paris ?

L’innovation est tout simplement vitale pour nous, un peu comme l’air que nous respirons. Ne pas innover, c’est s’éteindre à petits feux, surtout pour une structure publique comme la nôtre, dont l’action se décline largement sur un terrain vaste et peuplé. C’est d’ailleurs pourquoi nombre d’innovations utilisées en sécurité publique, en police judiciaire ou en sécurité civile sont issues des bureaux de la préfecture de police, de la brigade des sapeurs-pompiers ou des commissariats. Récemment, nous avons par exemple déployé un dispositif de lutte contre les drones hostiles, lancé un marché pour acquérir des robots mules visant à soulager les pompiers lourdement chargés en matériel durant des interventions en tunnels (notamment dans le cadre des travaux du Grand Paris Express), ou encore envisageons le développement de simulateurs de tirs mettant nos agents dans des situations proches de la réalité.

Quels leviers doivent être déployés pour réussir de tels achats innovants ?

Mon premier conseil consiste déjà sortir du « champ de la séduction ». Il ne faut pas tomber sous le charme de solutions a priori spectaculaires mais qui ne répondraient, in fine, qu’à une partie des besoins. Exemple probant : l’achat de caméras. La préfecture de police est naturellement à l’affût de systèmes innovants mais nous n'oublions jamais qu'il lui faut le plus souvent des engins robustes, fournissant des images exploitables dans les procédures judiciaires.

On l’aura compris, l’achat d’innovation suppose un travail préliminaire de taille via la constitution d’équipes pluridisciplinaires – mixant acheteurs, juristes et prescripteurs – capables de formuler clairement les besoins puis d’analyser les offres, leurs fonctionnalités techniques et leur adéquation. Pour ce faire, nous avons professionnalisé notre organisation en recrutant en 2014 un chargé de mission achat oeuvrant en collaboration avec nos différents pôles d'achats, et ce, dès la phase clé de sourcing. Un tel travail inclut plusieurs pré requis : la rédaction de cahiers des charges fonctionnels, l’acceptation de réponses avec variantes, l’utilisation de critères de sélection ouverts à l'innovation… Ou encore la publication préalable d’avis de pré-information pour susciter l’intérêt des entreprises le plus en amont possible et pousser, par cette obligation de rédaction, les acheteurs à mieux poser les problématiques conduisant à ouvrir le champ des réponses à des produits ou des prestations innovantes. Ce dernier levier a par exemple été activé avec succès lors de l’acquisition des robots mules, qui a fait l’objet d’une procédure concurrentielle notifiée début 2018. A cela, j’ajouterai un dernier pré requis pour réussir un achat innovant : être curieux de la jurisprudence, évolutive en la matière.

Quel rôle peut jouer l’UGAP pour vous accompagner dans une telle démarche ?

C’est une excellente initiative de l’UGAP que d’avoir fait du soutien à l’innovation un de ses engagements clés. Pour nous, acteurs publics, cela nous permet d’accéder à l'innovation à moindre risque. Et pour cause : la valeur ajoutée de la centrale d’achat est de fournir "sur étagère" un panel large de prestations innovantes tout en garantissant la sécurité juridique de ses marchés. A nous d’évaluer quelles solutions peuvent s’avérer pertinentes. Ainsi sommes-nous attentifs au système de communication pour personnes sourdes et malentendantes d’Acceo et aux services proposés par Azur Drones.

Articles associés

L'UGAP adhère au code déontologique de la Fevad et au système de Médiation du e-commerce.