• Sourd ou malentendant ?
  • 0 811 702 703
    0,05 €/appel + prix de l'appel

Transition énergétique : ces collectivités qui misent sur l’éclairage public solaire

Reportage Mis à jour le jeudi 06 octobre 2022

Alors que l’éclairage public pèse en moyenne pour 40 à 60 % de la facture d’une collectivité, de plus en plus d’acteurs publics n’hésitent pas à allier économies avec écologie pour optimiser leur parc. Et ce, en s’appuyant sur la centrale d’achat public pour l’acquisition d’une solution d’éclairage public solaire Made in France proposée par la société Fonroche Lighting. Tour d’horizon.

Eclairages à Loudeac de nuit (Fonroche Lighting)

 

Quel est le point commun entre la ville de Jonchery-sur-Vesle dans la Marne le Centre hospitalier de Clermont-Ferrand et le port d’Arcachon ? Bien que ces trois acteurs publics assurent des missions de service public très disparates, ils peuvent tous se targuer d’avoir fait de la sobriété énergétique une de leurs priorités phare, et ce, en surfant sur le même créneau. Lequel ? Faire la part belle, via l’UGAP, à l’éclairage public solaire autonome respectueux de l’environnement ! Une solution Made in France de la société Fonroche Lighting.

Quai Arcachon lampadaires fonroche nuit

« Alors que l’éclairage public pèse pour 40 à 60 % de la facture d’une collectivité », comme le rappelle Laurent Lubrano, directeur général de Fonroche Ligthing, c’est dire l’enjeu d’optimiser un tel poste de dépense en alliant économies avec écologie ! D’autant que d’après l’étude « Les défis de l'éclairage public – Territorial éditions » de 2021, 75 % des luminaires installés en France seraient vieux de plus de 25 ans… Comme ce fut le cas, par exemple, au Port d’Arcachon. « Depuis plusieurs années, notre éclairage public était vieillissant, régulièrement mis en défaut et n’assurait plus la sécurisation nécessaire de nos quais et de nos promenades, confie Germain Stoldick, directeur général de ce deuxième port de plaisance de la façade Atlantique. « C’est pourquoi nous avons décidé, à partir de 2018, de remplacer en trois phases successives, les 31 vieux lampadaires par de nouveaux éclairages photovoltaïques proposés par Fonroche, disponibles sur étagère via la centrale d’achat public ».


Adaptabilité et souplesse



L’intérêt de ces lampadaires de 4 à 8 mètres de haut, dotés de panneaux photovoltaïques ? « Ils ne nécessitent aucun travaux d’ingénierie sur la chaussée, hormis la pause d’un simple bloc en béton », rappelle, de son côté, la mairie de Jonchery-sur-Vesle, qui s’est dotée de cinq mâts, soulignant ainsi « la grande adaptabilité et souplesse d’une telle infrastructure qui allie esthétisme et efficacité énergétique ».

Plus encore « leur fiabilité et durabilité - longue de vingt ans - offrent une qualité d’éclairement continue, 365 jours par an, quelle que soit la météo », renchérit pour sa part Martial Voisset, ingénieur génie-électricité au CHU de Clermont-Ferrand, équipé d’une centaine de lampadaires. Si le prix de tels candélabres (entre 1 500 et 3 000 € pose comprise) s’avère un peu plus onéreux que celui de réverbères classiques (entre 1 200 et 1 500 €), tous les clients publics s’accordent sur un point : l’amortissement rapide d’un tel surcout via les économies d’énergie générées à la clé !

Exit les coûts cachés !

Fonroche Lighting de jour

Car en effet, grâce à ces lampadaires - captant l’énergie solaire en journée afin qu’elle soit restituée la nuit vers le bloc à LED -, les acteurs publics n’ont plus de factures d’éclairage extérieur à payer ! Exit les coûts cachés induits par les consommations électriques, « hormis l’achat des équipements et le changement de la batterie tous les dix ans, nous n’avons rien à débourser, si ce n’est les frais de pose », confirme Martial Voisset, rappelant que « depuis deux ans, aucune intervention de maintenance n’a été réalisée sur les douze premiers lampadaires. De quoi largement trancher avec nos anciens équipements ».

Rappelons que depuis 2017, pas moins de 194 collectivités se sont équipées de lampadaires solaires via le marché UGAP, soit plus de 6 614 lampadaires installés à travers toute la France ! Et jusque dans les DOM TOM ! Exemple probant : la petite commune de M'Tsangamouji (6 432 habitants) à Mayotte qui a investi 1,3 M € - fonds FEDER* à l’appui – pour l’achat de 323 lampadaires photovoltaïques. Et ce, dans le cadre d’un projet s’étendant sur 11,3 km de voiries évitant ainsi à la collectivité de creuser des tranchées sur toute cette distance. Et avec, en prime, des économies d’énergie équivalant à… 80 000 kW/an !

*Fonds européen de développement régional

Articles associés